Pourquoi peut-on se passer de représentants politiques aujourd'hui ?

De Willforge
Aller à : navigation, rechercher

But informel de ce texte[modifier]

Il s'agit de

  • montrer que grâce à l'invention des Wikis, une très vaste population peut rédiger collaborativement un texte de loi. La nécessité de déléguer cette écriture à des représentant]s politiques pourrait alors bientôt ne plus exister et la vraie démocratie est possible.
  • expliquer comment réaliser pratiquement cette démocratie directe.
  • envisager la possibilité de délégation de l'exécution des décisions à des magistrats.

But formalisé de ce texte[modifier]

Sera rédigé par la suite à partir du but informel

Qu'est-ce que la démocratie ?[modifier]

La démocratie telle que définie dans ce Wiki repose sur deux concepts clés :

  1. la souveraineté du peuple
  2. l'expression de la volonté générale

et c'est tout, mais les conséquences en sont généralement mal comprises comme le reflète le log de la discussion du 26 juin 2011

Contradiction entre souveraineté du peuple et délégation[modifier]

En démocratie c'est très simple : il ne peut pas y avoir de délégation sous aucune forme, par élection, par tirage au sort, ou munie d'un mandat impératif.

En effet, dès qu'elle est déléguée la souveraineté disparaît : c'est le délégué qui est souverain et plus le peuple.

Contradiction entre volonté générale et délégation[modifier]

L'autre aspect qui fonde une démocratie est l'expression de la volonté générale. La volonté générale est difficile à définir (il faut encore travailler le texte) mais une chose est certaine c'est le strict contraire d'une volonté particulière.

Or si l'on délègue l'expression de sa propre volonté à une assemblée, une AG, un groupe quelconque d'individus, cette expression sera nécessairement celle d'une volonté particulière : celle des représentants, qui, dans le meilleur des cas, seront bien obligés d'interpréter leur mandat pour prendre des décisions et rien ne garantit que celles-ci correspondront à la volonté d'une population. Dans le pire des cas, comme aujourd'hui, ces représentants pourront facilement devenir la proie de lobbys.

Comment exprimer la volonté générale ?[modifier]

Faire appliquer les décisions politiques élaborées démocratiquement : législatif et exécutif[modifier]

ce passage est faible. Il faut le travailler sans s'écarter du but

Une fois les décisions précises et le texte de leur mise en œuvre rédigé en exprimant au mieux la volonté générale il faut que quelqu'un les applique.

On pourra appeler magistrats ces exécutants, comme dans l'Athènes antique.

  1. Ces magistrats n'ont aucun droit à ré-interpréter les décisions. Cela contredirait le principe de souveraineté du peuple.
  2. Les textes de décisions doivent donc nécessairement définir les modes opératoires précis que vont utiliser les magistrats (qui auront, en tant que citoyens participé à la rédaction des textes, donc résolu les problèmes techniques liés à leur réalisation).
  3. Les actes des magistrats doivent être soumis à une totale transparence : avec internet cela ne pose aucun problème.

Comment choisir les magistrats ?[modifier]

Ceci n'est que spéculation, pour tenter de répondre aux questions allant dans ce sens. Mais il est évident que ce choix ne peut être défini a priori, mais seulement par un processus démocratique.

Perspectives immédiates[modifier]

  • Les élections de 2012
  • Les revendications accessibles

Perspectives à moyen terme[modifier]

Perspectives à long terme[modifier]

Les passages à souligner
Les remarques
Les passages à commenter
Les passages à questionner
Les passages à prouver
Les passages à réfuter
Les promesses à vérifier
Les passages à référencer
Les notes et références

La bibliographie[modifier]


le canevas de cette page a été crée par {{subst:page de texte}}


Récupérée de « http://51.75.143.86/wikiwil/index.php?title=Pourquoi_peut-on_se_passer_de_représentants_politiques_aujourd%27hui_%3F&oldid=11166 »